Bonjour Bonjour,

Aujourd’hui je viens vous faire un petit retour sur mon premier cours de préparation à l’accouchement !

Comme vous le savez, si vous avez lu mon article : La préparation à l’accouchement : quelle méthode choisir ? J’ai choisi la méthode de préparation à l’accouchement classique : 7 séances autour de 7 thématiques accompagné par une sage-femme !

Ma sage-femme à moi s’appelle Aude ! Et elle est géniale 🙂

Dessine moi un bébé !

Après une petite séance de papotage pour s’informer des dernières nouvelles, de l’avancement de ma grossesse et de mon ressenti… Nous sommes passées aux choses sérieuses !

Cette première séance s’est déroulée en tête à tête, accompagnée d’une musique relaxante en fond sonore.

Aude a démarré la séance en me demandant de dessiner :

  • Le placenta
  • L’utérus
  • Le cordon ombilical
  • Le col de l’utérus
  • La poche des eaux
  • Le bébé

Depuis que je suis enceinte, je lis de nombreux livres sur la grossesse et ce qu’il se passe en moi… Mais là, devant cette feuille blanche, oups… Je ne savais plus trop à quoi ressemblé tout ça 🙂

J’ai commencé à dessiner le bébé, la poche des eaux, le cordon, le placenta… par contre pour l’utérus et le col de l’utérus… Le trou noir 🙂 🙂

Ma représentation de bébé 🙂

 

Aude m’a ensuite dessiné la bonne représentation.

La représentation de bébé par ma sage-femme 🙂

 

Temps de gestation et date d’accouchement

Il faut savoir que le temps de gestation est propre à chaque être vivant.
La nature est bien faite et chaque être vivant est programmé pour accoucher au moment idéal.

Le temps de gestation va donc varier d’une femme à l’autre et il est donc possible d’accoucher avant ou après le terme prévu.

En occident, on remarque que la femme accouche le plus souvent au tour des 9 mois de grossesse.
En revanche, on remarque que les Japonaises, bien souvent dotées d’un bassin plus étroit que les femmes d’occident, accouchent très souvent, avant le début du 8ème mois de grossesse. Le bébé est alors à taille idéale pour naître plus facilement.
A l’inverse, les femmes d’Afrique, souvent dotées d’un bassin plus large, accouchent très souvent après le 9ème mois.

Quelques chiffres :

  • 4% des mamans accouchent le jour du terme
  • 2% des mamans accouchent à terme + 2 jours
  • 1% des mamans accouchent à terme + 4 jours

La nature est bien faite !

Que se passe-t-il pendant l’accouchement ?

L’utérus, qui est un muscle, va commencer à se contracter régulièrement et de plus en plus fort.

A savoir : Environ un mois avant l’accouchement, il est courant que l’utérus s’entraîne et que la future maman ressente des contractions régulièrement. Ces contractions donneront l’impression d’une ceinture qui se serre et se détend… Cela est tout à fait normal… L’utérus se prépare à courir le marathon !
Le col de l’utérus, quant à lui, va doucement perdre en fermeté et s’orienter vers l’avant… Il pourra même dans certains cas commencer à s’ouvrir légèrement…

Pendant la période de prétravail, une première hormone, la prostaglandine, va être libérée. Cette hormone va permettre, en plus des contractions, d’agir sur la réduction du col de l’utérus.

C’est ensuite le tour d’une autre hormone, l’ocytocine, qui va être libérée pour agir, en plus des contractions, sur l’ouverture du col de l’utérus.

A savoir : Tant que l’on vous parle d’ouverture en nombre de doigts… Vous n’êtes pas encore au stade de l’accouchement…
Quand on commencera à vous parler de centimètres… C’est parti, le film commence !

Une fois le col ouvert de 3 cm, on dit que c’est le début du travail !
Le col s’ouvrira ensuite, en moyenne, de 1 cm toutes les heures pour une première grossesse.
Les contractions s’intensifient et poussent bébé dans le bassin.

Arrivée à 10 centimètres, la phase de poussée démarre !
Elle durera moins de 30 minutes !
Bébé arrive !

Quand venir à la maternité ?

En discutant avec Aude, j’ai compris que, si tout va bien pour bébé et moi, il sera plus agréable pour moi d’effectuer le plus gros du travail tranquillement chez-moi… Aujourd’hui, j’imagine me créer un environnement agréable, bougies, musique… Me détendre… Profiter du ballon et du confort de mon chez moi pour effectuer calmement les différentes positions, accompagnée de mon homme…

Des contractions toutes les 5 minutes pendant plus de deux heures…

Dans l’idéal, et si tout se passe bien, il faut attendre d’avoir des contractions toutes les 5 minutes pendant 2 heures avant de partir pour la maternité.

Cependant, d’autres symptômes ou événements peuvent vous amener à aller à la maternité plus rapidement…

Rupture de la poche des eaux

Si vous rompez la poche des eaux, une petite douche pendant que Papa arrive, et direction la maternité !

Quand la poche des eaux est rompue, bébé n’est plus protégé des microbes situés dans le vagin de maman. Il est donc important d’être conduit assez vite à la maternité. (Il ne faut pas paniquer, mais il ne faut pas traîner non plus.)

Arrivée à la maternité, l’équipe médicale vous auscultera et vous prescrira peut-être des antibiotiques pour protéger bébé pendant la période de l’accouchement.

A savoir : La rupture de la poche des eaux n’est pas systématique ! Dans la plupart des cas, la poche des eaux se rompt à la maternité. Dans certains cas (assez rare) le bébé pourra même naître dans une poche des eaux intacte !

Des saignements clairs et abondants

Si vous avez des saignements clairs et abondants, un peu comme des règles, il est important de vous rendre en urgence à la maternité.
C’est peut-être le placenta qui se décolle avant l’heure. Dans ce cas-là, très souvent, une césarienne sera pratiquée.

En cas de saignement, si vous avez le moindre doute, il est préférable de vous rendre à la maternité.

Même si, souvent, des saignements glaireux ou très foncés sont bons signes et indiquent un prétravail efficace. Un utérus qui travaille bien et un col de l’utérus qui se modifie comme il faut !

La température

Si vous ne présentez aucune maladie, rhume etc… Si votre température est au-dessus de 38°, il est préférable de vous rendre à la maternité.

Il se peut que la poche des eaux soit fissurée et que la température soit signe d’une petite infection.

Les mouvements de bébé sont anormaux

Si vous sentez moins votre bébé bouger, et que cela vous parait anormal, mettez-vous sur le côté gauche et détendez-vous.
Si l’activité de votre bébé vous parait anormale par rapport à d’habitude, n’hésitez pas à vous rendre à la maternité.
Dans tous les cas, vos angoisses ne faciliteront pas le travail, car elles auront un impact sur la fabrication et propagation de l’ocytocine. Alors, mieux vaut se rendre à la maternité et être rassurée plutôt que de stresser seule chez vous 🙂

 

Les déclenchements

Petit conseil secret 🙂 : Comme vu un peu plus haut, le démarrage du travail est lié à la libération de la prostaglandine ! On entend souvent les femmes en fin de grossesse dire qu’elles vont nettoyer leurs vitres ou rouler sur des pavés pour favoriser le démarrage du travail… Mesdames… Je suis désolée de vous annoncer que ces pratiques ne sont pas les plus efficaces 🙂 Par contre… J’ai un autre conseil pour vous… Il faut savoir que les spermatozoïdes de monsieur sont des stimulateurs pour les récepteurs de Prostaglandine… Alors oui, vous m’avez bien comprise… Les câlins, en plus d’être agréables… peuvent favoriser le démarrage du travail !

 

En France, nous laissons rarement les mamans accoucher plus de 4 jours après la date prévue du terme.
Souvent, le travail ne démarre pas, car la production de prostaglandine est insuffisante.
Dans ce cas, il existe 3 méthodes pour agir sur cette hormone.

Le déclenchement manuel

Votre gynécologue va venir délicatement décoller le bas de la poche des eaux de votre utérus.
Cette action va favoriser la libération de la prostaglandine, et favoriser le démarrage du travail

Le déclenchement non naturel

Un autre type de déclenchement consiste à déposer un gel dosé faiblement (1 à 2 mg) de prostaglandine à l’intérieur de votre utérus ou un tampon fortement dosé (16mg).

En fonction de votre état, l’équipe médicale définira la méthode la plus adaptée pour aider le travail à démarrer.

 

L’accouchement avec péridurale ou sans péridurale ? Pourquoi mon avis a-t-il changé ?

Avant ce premier cours, je ne savais pas ce qu’il se passait lors de l’accouchement…
Tout le monde vous parle de la péridurale comme de quelque chose de normal.
Un acte ordinaire permettant aux femmes d’accoucher sans douleur.

Aujourd’hui, je comprends, que la péridurale est acte médical qui va forcément modifier le déroulement normal de l’accouchement.
Oui elle va permettre de diminuer les douleurs. Mais elle va aussi diminuer les sensations de la maman. Le prétravail et le travail seront donc plus compliqués et risquent donc d’être plus longs.

Aujourd’hui, je ne dis pas que je n’aurais pas recours du tout à la péridurale.
Par contre, si je n’ai pas de complication pendant l’accouchement, j’aimerais tout faire pour éviter la pose d’une péridurale.
De cette manière, je pense que je sentirai mieux mon bébé. Je pourrai ainsi être active pour faciliter son arrivée dans notre monde.
Oui, je suis consciente que cela sera plus douloureux. Mais je pense aussi que, si tout se passe bien, le temps d’accouchement sera moins long, et que le risque de complication sera diminué (déchirure, épisiotomie, forceps,etc…)

 

Ce que je retiens de ce premier tête à tête
et pourquoi j’ai adoré ?

Un premier cours de préparation à l’accouchement qui m’a beaucoup plu et beaucoup intéressé.
Aude m’a appris de nombreuses choses.

Ce qui m’a plu, je pense, c’est qu’elle a abordé tout le sujet de manière très scientifique. Elle m’a présenté des cas concrets et m’a donné des explications logiques. Et moi je suis une scientifique 🙂 Alors comprendre ce qui se passe, ou va se passer, dans mon corps, de façon logique, m’aide à me projeter et à me faire ma propre idée de ce qui est bien pour moi.

Autre point important, elle veille à ne pas influencer les souhaits personnels de la jeune maman. L’objectif est qu’elle puisse construire son propre projet d’accouchement.
Ce qui n’est pas toujours simple, car lorsque l’on est enceinte, de nombreuses personnes vous donnent leur avis sur des tas de choses… Bien souvent, ces avis sont contradictoires et compliquent, les choix de la jeune maman.

 

Et vous ? Partagez votre expérience ?

Comment s’est passé votre premier cours de préparation à l’accouchement ?

Quel est votre avis sur la péridurale ?

Vous a-t-on donné d’autres informations sur les cas pouvant nous amener à aller à la maternité ?